Maisons-Vente

:)

 

Segment-1 : Description de la maison, telle que découverte en décembre 2021, avant les travaux de curetages et récupération.

 


AVERTISSEMENT
Si certains liens sur cette page web, vous mène à une page VIDE
c'est que pour y avoir accès, vous devez être abonné au site.
Merci d'encourager la survie du site.
Bonne lecture !


 

Je vous présente la maison des générations Lemire, construite en 1870.
(année déterminée après recherches exhaustives en archives, par un des descendant Lemire encore vivant, historien de métier et enseignant à l'université).

 

Cette maison, non habitée depuis 1990,  possède comme qualité exceptionnelle, de n'avoir jamais été modifiée dans son intérieur, au niveau de ses matériaux, de ses divisions de murs et de sa finition, depuis la période du premier quart du 20ième siècle.
Et certains matériaux sur place datent de l'origine de la maison en 1870.

 

C'est donc très rare de trouver une ambiance et des matériaux aussi vieux, encore sur place, et qui nous transporte instantanément 100 ans en arrière.

Phénoménal à constater sur place.

 

Inutile de vous dire, que lors du future curetage de l'intérieur de la maison, une attention spéciale va être mise pour prendre en note sur plans et mesures l'ambiance actuelle de cette vie passé, et une attention spéciale va également être mise en branle, pour faire une belle récupération par numérotage de ces matériaux d'exception.

 

Voici dans ce dossier préliminaire de la maison, des photos prises rapidement dans la maison. Je vous décris dans cette page web ces photos.

 

De meilleures photos des lieux sont à venir. Les travaux de curetages et récupération vont probablement se faire dans les mois d'hiver et printemps 2022.

 

Le prix de vente de la maison

est de 38,000. $

livraison en sus, (entre 900 et 1500 $)
à discuter ...

 


 

Définition de : "maison dans son jus" ...

 

Ce terme de collectionneur et d'antiquaire, en ce qui concerne des meubles antique consiste à mentionner que tel meubles x a été trouver sur le terrain, avec ses couleurs ses saletés et ses usures acquises avec le temps.

Lors d'une revente de ce meuble très souvent aucune intervention ne sera faite sur le meuble, pour le nettoyer, le décaper ou quoi que ce soit. Il va être vendu tel que récupéré. C'est ce qu'on appelle dans le métier, un meuble "dans son jus".

On peut appliquer la même définition d'une ambiance et des matériaux "dans son jus", de l'intérieur d'une maison. Et c'est ce que vous allez voir sur les prochaines photos.

Si vous fouillez dans les dossier de la section "Maisons-Archives" du site, vous allez voir d'autres exemple de description de maisons que j'ai déjà récupéré, et qui se présentait dans "leurs jus" lors de leur découverte.
Comme entre autres, regardez les segments 1-2-3 du dossier de la maison Marcoux-Giroux, c'était également un intérieur et extérieur de maison dans "son jus".

 



 

Comme description générale de la maison,
disons que c'est une petite maison très simple et primale dans ses matériaux et son ornementation.


Maison humble de familles rurales pauvres, qui se dénote par une simplicité touchante

des diverses menuiseries de la maison.

 

Vous allez constater à la lecture de ce dossier, la grande beauté de cette maison

toute "discrète et naïve".

 

Aucun isolant moderne, aucun placo-plâtre (gypse), n'est présent...

Seulement que des matériaux simples, de bois anciens patinés par le temps,
qui suintent  encore les vies familiales rurales d'antan,
que la maison a protégé, en l'occurance pour les générations Lemire.

La maison est à son "dernier souffle de vie" aujourd'hui,
je vais faire "s'qui faut", pour la faire revivre ...

 



L'extérieur de la maison
a sa récupération le 10 décembre 2021.

 

 

Grandeur de la maison : 25.3 x 28.8 (pieds-pouces)

 

-1

 

Le recouvrement des murs extérieurs de la maison, en planches verticales clouées directement sur des murs en pièce sur pièce équarris à la hache,

date du début du 20ième siècle, et non pas de la construction d'origine de la maison en 1870.

Tout est cloué à vieux clous ronds.

 

-2

La maison était jadis chaulée blanche. On le remarque par les traces de chaux persistantes sous
le larmier (l'avant toit) débordant les murs gouteraux, avec sa courbe Néoclassique typique de 1870.

 

 

-3

 

 

 

-4

 Sur photo-4 "un retant" de la planche horizontale "rejet d'eau" typique d"un recouvrement de planches à la verticale.

 

J'ai expliquer ailleurs sur mon site ce type de caractéristique, voici des dossiers explicatifs dans la section Maisons-Archives.
Vous devez être abonné pour voir l'entité de ces articles :

 

dossier #63    Rose-Lamothe            seg-2a                         Photos au complet de segment.

Curetage des murs pignons, qui montre leur recouvrement d’origine en planches verticales en 3 sections, superposes une sur l’autre en bizeaux, SANS planche rejet d’eau à la ligne de pignon.

http://www.piecesurpiece.com/index.php/maisons-archives/720-rose-lamothe-segment-2a-le-curetage-de-l-exterieur-constats-historiques-sur-murs-droite-et-gauche

 

 

dossier #2      Leblanc           seg-5               Photos au complet de segment.

Toiture à pente de toit raide à la française, avec recouvrement en planches neuves, mises à la verticale, planches pré-peintes de Good Fellow, choix de différentes largeurs de planches qui se succèdent sporadiquement, et joints de mi-mur pignon avec rejets d’eau.

http://www.piecesurpiece.com/index.php/maisons-archives/73-leblanc-segment-5-l-apparence-exterieure-de-la-remise-en-valeur-de-la-maison-en-2008

 

dossier #27    Tousignant     seg-8               photos 144 à 149

Recouvrement en planches anciennes restaurées, mises à la verticales et blanchies à la teinture au latex.

http://www.piecesurpiece.com/index.php/maisons-archives/461-tousignant-segment-8-remontage

 

dossier #1      Martel             seg-10                        photos-7 a 9a

Exemple d’une planche rejet d’eau, menuisée dans une finition de mur en planches verticals.

https://www.piecesurpiece.com/index.php/maisons-archives/642-martel-beliveau-segment-13-finition-exterieure-en-planches-verticales-rejet-d-eau-au-mur-pignon-2016

 

dossier #1      Martel             seg-12                        photos-1 a 3a
Exemple de restauration du mur extérieur, en finition de planches mises à la verticale, planches ayant du fruit (voir texte explicative de photos 3 et 3a), et planches blanchies à la teinture latex extérieure.

http://www.piecesurpiece.com/index.php/maisons-archives/564-martel-beliveau-segment-12-le-resultat-des-travaux-de-2014

 

dossier #1      Martel             seg-13                        photos 15 et 15A

Exemple de restauration du mur extérieur, en finition de planches mises à la verticale,
planches avec du fruit ( texte explicatif sous photo15A).

Exemple de rejet d’eau sur ligne de pignon sur les photos 7 à 16

http://www.piecesurpiece.com/index.php/maisons-archives/642-martel-beliveau-segment-13-finition-exterieure-en-planches-verticales-rejet-d-eau-au-mur-pignon-2016

 

Faq / extérieur / article #33 / planche de pignon rejet d’eau et son petit coyau

https://piecesurpiece.com/travaux-exterieurs/370-33-planche-rejet-d-eau-sur-un-mur-pignon

 

-5

 

L'arrière de la maison, avec une ancienne fenêtre de la pièce d'aisance condamnée d'un contreplaqué.

 

-6

 

 

 

-7

 

Le carré des murs de la maison, en pièce sur pièce, a beaucoup de fruit dans les murs.

Même si la maison date de 1870, cette caractéristique de construction, vient du fin fond du régime français.

 

J'explique le "fruit" des murs anciens, dans l'article #75 de la section Faq-catégorie extérieur

https://piecesurpiece.com/travaux-exterieurs/724-75-un-criteque-architectural-des-maisons-tres-anciennes-on-batissait-avec-un-fruit-dans-les-murs-definition

 

Sur la photo 7, on remarque que la porte moderne de 1980, a été installé à niveau, le fruit du mur apparait plus en évidence.

 

-8

 Sur la photo 8, on remarque que la dernière planche du recouvrement du mur droit, est déligné pour suivre le fruit du mur arrière, le fruit du mur apparait plus en évidence avec cette constattion.

 

Il en va de même pour la planche du coin de mur Façade-gauche, que j'ai mis en évidence avec 2 lignes rouges.

 

-9

 

 



 

L'intérieur de la maison

 

Mis à part l'escalier de la maison, les planfonds-planches de l'étage de la maison, et certains autres éléments de menuiserie,
tous assemblés et cloués à clous carrés-tranchés industriels du 19ième siècle, et provenant vraisemblablement de l'origine de la "première vie" de la maison ...

 

... tout le reste de la finition de bois de l'intérieur de la maison, provient d'une grande rénovation de la maison,

vraisemblablement au tout début du 20ième siècle.

Certains autres éléments de la maison datent du milieu du 20ième siècle.

 

-10

 

En entrant par la porte arrière de la maison, dans la cuisine ou pièce commune,

on a l'impression de se transporter 100 ans en arrière dans le temps.

 

-11

 

 Toute la menuiserie est de bois ancien, excepté les armoires et comptoirs de cuisine "rustique" qui sont de contreplaqué ancien du milieu du 20ième.

Plusieurs épaisseurs de tapisseries, se superposent sur les murs, témoignant de cet engouement à l'époque pour ce matériau décoratif.

 

Sur la photo-11, à l'endroit d'entreposage des montants de balançoire et du rouleau à terrassement,

se situe l'emplacement autrefois de la cuisinière au bois,

avec des "portes de chaleur" (cadrages de poêle, voir explications photo-26).

 

-12

 L'escalier du 19ième siècle, près de la porte d'entrée est superbe comme pièce d'antiquité.

 

 

-13

La cheminé de brique sur tablette, provient du début du 20ième siècle.

 

J'ai expliquer ailleurs sur mon site ce type de cheminée, voir entre autres, le dossier explicatif dans la section Faq / intérieur / l'article #52.

https://piecesurpiece.com/travaux-interieurs/373-52-que-veut-dire-l-expression-une-cheminee-sur-tablette-et-les-atres-de-cuisson-des-cheminees-de-pierre

 

 

-14

La cheminé de brique sur tablette, soutenue par deux tiges de fer harnachées plus haut sur le dessus de la sablière du mur,

date probablement du début du 20ième siècle.


Elle remplace une plus vielle cheminée qui était là à l'origine de la maison, voir les 2 autres photos 15 et 16.

 

 

-15

 Effectivement sur la photo 15 vous remarquerez une planche au plafond, qui soutien de planches moins larges tout autour de la cheminée actuelle.

Cette cicatrice au plafond, nous montre qu'une cheminée beaucoup plus volumineuse que celle actuelle,

était présente à cet endroit au 19iéme siècle.


Je croirais que c'était une cheminée de pierre d'après la grosseur de la cicatrice.
La probable cheminée d'origine en 1870.

-16

Ce surlignage en rouge explique le texte de la photo 15 précédente.

 

 

-17

 L'escalier exceptionnel ...

 

Bel escalier de coin à pente raide, d'origine "probable" de la maison en 1870 ou dans le dernier quart de ce siècle.

On verra sur photos 22-23, que l'escalier semble avoir été menuisé, lors l'apparence intérieure première de la maison, 

sur le pièce sur pièce, qu'on constatera en photos 31 et 32.

 

Cet escalier sera récupéré avec soin par démontage numéroté, pour les amateurs (trices) puristes qui voudraient le reconstruire et la remettre en valeur lors du remontage te restauration futur de la maison.

Escalier avec beaux assemblages traditionnels de "belle menuiserie traditionnelle de précision", présence dans les assemblages du clous carrés typique du 19ième.

J'ai démonté plusieurs fois de tels modules anciens d'escalier, vous en avez un exemple entre autres, sur le dossier de la maison Marcoux-Giroux de la section Maisons-Archives, sur le segment-1 photos 18 à 22, on voit l'escalier avant son démontage et sur le segment-7 photos 2 à 4, on voit le remontage de cet escalier lors de la restauration de la maison par Dominique.

 

-18

 

Tout est intacte dans cet escalier, belles usures du temps, couleurs anciennes qui se dissimulent sous cette peinture bleu poudre. 

Bois raboté à la main du 19iéme.

 

-19

Marches d'angles dans la partie inférieure de la volée.

 

 

-20

 Bel usure par le pied sur les marches.

Poteau d'assemblage central raboté octogonal à la main.

 

 

-21

 

 

 

-22

 Sous l'escalier, ce compartiment servait traditionnellement à entreposer surtout du bois de chauffage

pour la cuisinière à bois.

 

-23

On remarque au fond, le mur de pièce sur pièce du carré de la maison, encore sur le bois à nu non chaulé,

ce qui laisse croire que cet escalier date du probable début de la maison au 19ième.

 

-24

 L'escalier occupe un espace de 6 x 3 pieds dans le coin arrière droit de la maison.

 

 

 

-25

Sur photo 25, la chambre des parents qui donne sur la pièce commune.

À gauche de la photo, une rustique salle d'eau, et un garde robe de rangement.

De multiples couches de tapisserie sur les murs de planches.

 

À droite de la fenêtre sur le mur, il y a (caché sous la tapisserie) un ancien trou dans le mur,

qui servait à transférer la chaleur de l'arrière de la cuisinière à bois de l'autre côté du mur dans la cuisine, pour chauffer la chambre.

Aussi appeler, un "cadrage de poêle" ou "des panneaux" ou "un bouchon" etc.

 

Voir entre autres sur mon site, le dossier du capitaine Blais, dossier # 51 dans Maisons-Archives, photo #6.

 

-26

 Photo-26, le salon sur une partie de la façade de la maison.


Grosses solives (poutres) imposantes de plafond, non modifiées, rabotées à la main ; des couches de peintures anciennes racontent un peu le cheminement de la maison depuis 1870. Superbes.

 

Il en va de même pour le très beau plafond d'épais madriers (qui forme plancher des chambres de l'étage).

 

Madriers finement rabotés, intacts.

 

-27

 

Tous les murs de divisions intérieurs, sont fait de planches tapissées à multiples couches tout est cloué à clous rond du début du 29ième siècle,

 

Moulurations et chambranles de fenêtres, simples, paysannes, pauvre.

 

-28

 

Par l'éclat de la lumière sur l'ancienne peinture glacée, on remarque aisément les marques du rabotage à la main.

Les solives de plafond sont intactes non modifié, et de gros volume.

 

-29

Grosses solives de 6 x 9 pouces.

 

 

-30

 

Par l'éclat de la lumière sur l'ancienne peinture glacée, on remarque aisément les marques du rabotage à la main.

 

-30a

On peut voir sur cette photo-30a, les multiples couches de tapisserie, sur fond de poches de jutes dans "craques" de planches de mur.


Les vies passées me sautent dans la face, en multiples vibrations des vécus antérieurs.
Sublime sensation ...

 



 

Les premiers indices de l'apparence d'origine

de l'intérieur de la maison en 1870.

 

La "première vie" de la maison.

 

-31

 

Le recouvrement des murs de pièce sur pièce en périphérie de la maison

est sur une multitudes de couches de tapisseries, formant une galette épaisse cartonnée, provenent du 19ième et première moitié du 20ième siècle.

Tapisseries collées directement sur le pièce sur pièce.

Sous le recouvrement de crépi se cachent les indices de première vie de la maison :

Un carré de pièce sur pièce équarri à la hache, chaulé blanc de plusieurs couches de lait de chaux.

C'est l'apparence actuelle des murs de pièces, à l'origine de vie à l'intérieur de la maison en 1870.

 

-32

Pour voir un exemple de l'apparence que pouvait avoir ces murs de pièces chaulés,

regardez les photo # 15 et 15a de ce lien, vous allez constater des murs restaurés selon cette apparence ancienne.

 



 

Les chambres à l'étage.

 

À l'étage, tous les murs sont uniquement de planches bouveté, planches dites "de V",

et planches plus larges, typiques du tournant du 19ième siècle.

Tout est cloué à vieux clous ronds, bois plané par des machines (planeurs anciens) du début du 20ième.

 

 

-34

 

Moulurations, murs, portes de planches, tout est d'une simplicité authentique, baignant dans une ambiance paysanne, pauvre.

 

Chambres construites en "cabanes" de façon traditionnel,

dans l'espace grenier (dans les combles) de la maison.

 

Voir article sur la définition des cabanes, Faq / intérieur / article #36

 

 

-35

 

Les planchers de l'étage, à prime abord sont de base, sur les madriers de plafond, constatés au rez-de-chaussée.

Lors de l'érection de ces murs de chambres, (murs composés de planches uniquement sans ossatures dans les murs),
on a au préalable de la construction ces murs, recouvert ces planchers de madriers longitudinaux au bâtiment,  par un recouvrement de planches de pin transversales aux madriers.

C'est cette planche de plancher en pin, que l'on voit présentement sur les photos.

Épaisseur des madriers de pin : 1.5 pouces
Épaisseur des planches de pin : 1 pouces "fort".

 

Le plancher possède dans certaines chambres, des dessins naïfs peints en bordure des murs de chambres.
Bel élément à remettre en valeur lors d'une restauration.

J'ai une Faq la dessus sur ces types de dessins naif sur planchers : Faq / intérieur / article #91

 

La peinture des murs, ancienne, oxydée par le temps , et son craquelage magistral, est exceptionnel.
Autre bel élément à remettre en valeur lors d'une restauration puriste, en recréant des murs avec les matériaux que je vais récupérés.

 

Électricité minimale (3 lumières de plafond seulement) aucune salle de bain...
Tout est demeuré comme au début du 20ième siècle, sur la mixe des lampes à l'huile et de la venue modeste de l'élextricité et les pots de chambres ...

On ressent tout ça, cette ambiance oubliée, lointaine, dénudée, tellement simple.

 

Continuons la description de l'étage ...

 

 

-36

 Dans chaque chambre, une moquette centrale de vieux prélart.

Sur cette photo-36, à gauche : murs et plafond en pente en planchettes dites "de V", à droite de la photo, mur central en planches plus larges.

 

Portes sans poignée, composée de planches contrebarrée par l'arrière par deux traverses cloutée.

 

 

-37

Photo-37 planchettes de V, à la droite de la photo, le mur pignon Est, on voit recouvert de planches, la partie du mur de pièce à l'étage et la sablière de terminaison du haut des murs, l'ensemble formant le SURCROIT.

 

 

-38

 

 

 

 -39

 Dessins naïfs peints au pourtour des moquettes de prélart, le long des murs.

 

 

-40

 

 

 

-41

 Garde robe, avec pôle d'accrochage de cintres, en bois "gossé" à la main, primal, fait maison.

 

 

-42

 Portes sans poignée, composée de planches contrebarrée par l'arrière, avec de simple lockets de bois faits main !

 

 

-43

 

 Certaines sections de murs avec la peinture craquelé par une gomme laque en dessous de la peinture, sont impressionnante à voir.

Je vais essayer de faire une récupération maximale de ces matériaux, avec certains systèmes de numérotages sur certaines sections de planches exceptionnelles dans leurs patines.

 

Mais, c'est plus difficile de récupérer des matériaux cloués à clous ronds 20ième siècle que ceux fixés à clous carrés (tranchés) industriels du 19ième.

Je vous reviendrai dans un prochain segment de ce dossier pour voir les résultantes des travaux de curetages de l'étage et les résultats de cette récupération.

 

-44

 

 Patines craquelées centemaire, souvent crées par la chaleur excessive des lieux en période estivale, ou par l'utilisation entre deux couches de peinture, de verni de type "shealac" (gome laque).

 

-45

 

 

 

Dossier à suivre ... récupération de cette maison, en cours à l'hiver 2021-22.

 

 

 

 

 

Qui est en ligne?

Nous avons 236 invités et un membre en ligne