La section Maisons-Archives du site ... une banque phénoménale d'informations sur le patrimoine bâti Québécois !

:)

                 

Située en plein coeur du village de St-Célestin, (centre Québec près de ville de Bécancour), la maison Arseneault est un bâtiment qui semblait au premier coup d'oeil avoir été construit  dans la dernière moitié du 19 ième siècle (1850-1880 ??). On verra plus loin dans ce dossier, que suite au curetage des murs intérieurs et extérieurs de la maison, j'ai trouvé des indices qui donnent un âge plus éloignée à la maison.

 




 

La maison a été récupéré est en septembre 2008.


Son remontage s'est effectué à Tadoussac en 2013.
Voir les photos du remontage à la fin de ce dossier.

 



 

Voyons quelques photos, au tout début de la récupération de cette maison.

Prochainement je mettrai un nouveau segment à ce dossier, montrant les photos du démontage complet de la maison.

 

 

 

alt
image 01

La première impression que nous recevons en entrant dans la maison Arseneault est de retomber dansau début des années 1900. En effet, cette maison est remarquable par son absence de rénovations modernes. Seuls, à peine quelques fils électriques des années 50 et l'eau courante sont venus effleurer cette maison, à part de ça, tout est demeuré intact sur les vieilles peintures et les vieux matériaux. Il y donc de beaux matériaux d'époque à récupéré dans cette maison. L'extérieur de la maison à été rénové sur le déclin de bois, cloué à clou à finir et mouluration de 1910-1920. Sous ce recouvrement de déclins se cache le recouvrement en planches verticales de l'origine de construction de la maison.

 

alt
image 02

La silhouette générale de la toiture a été modifiée par l'épaississement du bas de la charpente de toit, qui donne une pente moins raide au toit et permet de voir ces petits retours d'avant-toit sur la maison. Les chevrons d'origine de la charpente du toit, qu'on peut remarquer au grenier, sont appuyés directement sur le carré de la maison (sur la sablière), et donnent l'indice que la toiture d'origine était « plus à pic » et à ras les murs de façade et arrière.

 

alt
image 03

alt
image 04

En entrant dans la maison, on remarque la petite armoire de cuisine et évier dans le coin gauche, en face l'escalier de coin, une division principale à gauche qui divise sous la poutre centrale de plafond, la maison en deux. Dans la deuxième moitié de la maison, à gauche à l'arrière de cette division centrale, deux pièces. Les divisions de ces 3 pièces au rez-de-chaussée est de planches verticales, bouvetées, rabotées à la main, délignées avec la forme de l'arbre et recouvertes de vieilles peintures et tapisseries.

Plafond de madriers de pin et 3 poutres, également bouvetées, rabotées à la main, délignées avec la forme de l'arbre, avec plusieurs couches de peintures jaunies par le temps. Plancher sur petites planches d'épinette dans cette grande pièce commune, avec, en dessous le large madrier épais du plancher d'origine de la maison.

Les murs du carré de la maison ont eu trois époques de vie. Ils apparaissent actuellement sous l'apparence des années 1950. Cartonnage peint en surface, ce cartonnage est épaissi en dessous par de multitude couches de tapisseries collées une sur l'autre. En enlevant cet épais cartonnage, on se retrouve sur un crépi de sable et chaux soutenu sur lattes de bois. Certaines de ces lattes sont sciée rectiligne et d'autres fendues à la main. Elles sont toutes clouées à clous carrés. Et finalement sous ce crépi, se cache le carré de pièce sur pièce, équarrie à la hache ; pièces de bois de gros volume et portant des traces de « chaulage » et de tapisseries. Les joints entre les pièces sont d'étoupe végétale et de glaise. Ce pièce sur pièce chaulé à l'ancienne est la première apparence intérieure de la maison. Je vous montrerai des photos plus explicites de cette situation des murs, à mesure que l'étape de curetage de ces murs fera son chemin.

 

alt
image 05

alt
image 06

Les battants intérieurs de fenêtres et les boîtes de fenêtres sont encore récupérables, le tout doit naturellement, être restauré pour une réutilisation adéquate. Les doubles fenêtres (châssis double) seront idéalement à refaire.

 

alt
image 07

Le mur de planches de division centrale, avec l'ouverture pratiqué au bas du mur (porte de chaleur). Ce trou servait à transmettre la chaleur de l'arrière du poêle à bois, dans les deux pièces de l'arrière. Ces planches de divisions seront numérotées avant le démentellement.

 

alt
image 08


 

 

alt
image 09

Les limons et les marches de cet escalier de coin, sont rabotés à la main, relié à clous carrés, les marches ont une belle usure. Par contre le dessous de l'escalier fait en planches, est plus récent (première moitié du siècle 1900) ; cloué à clous rond. L'escalier est à son endroit d'origine, le tout sera mesuré, mis en repère sur les murs, numéroté et démonté.

 


image 10

alt
image 11

alt
image 12

alt
image 13

Une des deux petites chambres, au rez-de-chaussée, à l'arrière gauche de la maison. Murs de planches à gauche (avec tapisseries, telles qu'expliquées ci haut). Au fond et à droite de la photo, mur sur cartonnage, crépi et pièce sur pièce (tel qu'expliqué ci haut). Par terre planches d'épinette.

 

alt
image 14

alt
image 15

Sur les photos 15-16-17-18, on remarque le deuxième étage de la maison qui est divisé en 2 chambres. À l'origine il n'y avait qu'une seule chambre en haut des marches, l'autre partie était le grenier de la maison. Ce grenier a été transformé en chambre vers 1950, (murs en cartonnage épais, "sheating brun", avec clous rond modernes).

Ces photos nous montre la première chambre seulement, celle qui est la plus intéressante.

Au plafond, on retrouve une planche de pin, rabotée à la main, peint glacé, avec couvre-joints. Le tout à clous carrés.

Les murs sont de crépi de chaux, sur lattes de bois fendues à la main (comme au rez-de-chaussée sous le cartonnage). Des tapisseries viennent recouvrir ce crépi.

Sur le plancher, on remarque un deuxième beau plancher de planches épaisses de pin, installé en travers du plancher de madriers de pin qu'on remarque au plafond du rez-de-chaussée. Il possède les traces d'anciennes peintures. Ce plancher sera numéroté.

alt
image 16

alt
image 17

alt
image 18

alt
image 19

Sur les photos 19 et 20, on a une première vue du haut des murs de pièce sur pièce qui apparaît au grenier. On remarque que le jeu de pièces provient de gros arbres. La sablière est également de grosseur impressionnante. On remarque également le rehaussement du toit, qu'on a probablement construit au début du siècle dernier, et que je décris dans un texte ci haut.

alt
image 20

Suite au curetage des murs extérieurs et de la toiture de la maison, une surprise nous attendait. Les murs de pièces de la maison, vus de l'extérieur, nous révélaient 2 sortes de numérotages anciens ; ce qui indique que la maison a déjà été déménagé à cet endroit, il y a très longtemps. La maison proviendrait donc de plus près du fleuve, probablement de la fin de 18ième siècle, comme plusieurs autres maisons non loin de là. Des restants de clous forgés ont été retrouvés sur le carré des murs et sur de la planche de toit, indiquant ainsi que la maison était beaucoup plus vielle que ce qu'elle laissait paraître au début.

Dès que j'aurai le temps, je complèterai ce dossier, avec les dernières photos du curetage extérieur et du démontage du carré de maison, pour vous montrer ces indices de vieillesse retrouvés sur le carré de pièces.

 



 

Remontage de la maison a Tadoussac, en plein bois, en 2013,

sur une slabe de béton et muret à la base des murs.

 

-21

 

 

 

-22

photo-22, un muret de surélèvement du carré des murs est construit comme départ sous les murs.

Ce muret permettra de donner un 6 pouces de hauteur additionnel sous les solives basses de cette maison de probablement plus de 200 ans et de ses influences des hauteurs de plafond du régime Français.

 

 

-23

 

 

 

-24

L'érection des murs commence.

 

 

-25

 

 

 

-26

Sur photo 26, encore ici on remarque la première apparence de l'intérieur de la maison, sur les murs de pièces que l'on blanchissait à la chaux, pour l'apparence, donner de la luminosité dans ;a maison et pour l'hygiène.

J'ai une série de lien sur le site qui parle de cette finition traditionnelle  des murs de bois.

Faq / intérieur / article 124

 

-27

 

 

 

-28

 

 

 

-29

 

 

 

-30

 

 

 

-31

 

 

 

-32

On voit sur photos 32 la slabe de béton sortie de sa forme de bois et en séchage.

 

 

-33

 

 

 

-34

 

 

 

-35

 

On voit sur photos 35 la slabe de béton sortie de sa forme de bois et en séchage.

 

-36

 

 

 

-37

 Sur photos 37 on voir dans la charpente de toit que j'ai ajouté (recréer) des contreventements en diagonales (des perchaudes ou perches hautes), qui se croisent en croix de St-André, au centre du bas des 2 murs longitudinaux.

 

 

 

Qui est en ligne?

Nous avons 149 invités et aucun membre en ligne